Thursday, 14 February 2008

Chapitre 1: Le voyage en avion

Il est 6 heures du matin, j'ai dormi deux heures, je n'ai pas totalement désaouler, mais je saute tout de même dans mes vêtements tous préparés la veille, et avale sans grande conviction un bol de chocapic. Les 25 MILLE prochaines heures vont être les plus longues de toute ma vie...

Ma mère me dépose, je file faire enregistrer mes bagages, et là l'hôtesse m'apprend que je n'ai pas de visa. Je n'ai pas les bons papiers, j'ai payé 400€ MILLE € pour rien... Un petit coup de stress et finalement elles m'en refont un en 20 minutes, gratuit. (Comme quoi ça vaut bien la peine de se prendre la tête à faire les démarches ...)

Après quelques heures, je monte à bord, direction Londres. On nous sert des sandwichs tomates bacon, qui auraient pu être délicieux si nous n'avions pas eut l'impression qu'ils avaient été trempés dans un lac stérilisé à la bombe désodorisante.
En escale, je m'achète une cartouche (et maintenant je me dis que j'ai bien fait, étant donné que le paquet ici est à 12 MILLE AUD$), je me prends un café mocha, et c'est reparti cette fois ci pour 11 MILLE heures d'avion jusqu'à Hong Kong. On nous a distribué un tas de trucs encombrants mais cools.


Ce qu'il y a de très chouette, ce sont les vidéos et les chaînes à la demande. Je me suis donc enchaîné pendant tout le trajet Elizabeth ou l'âge d'Or, Stardust, 2 jours à Paris, The Invasion, Atonement, une flopée d'épisodes de Simpsons...

A Hong Kong, je fais la connaissance de Sam Bruce, un jeune australien qui rentre chez lui. Dès que j'aurai un téléphone ici il faudra que j'essaie de le recontacter, notamment pour aller voir des concerts ...!

On remonte ensuite dans l'avion, à nouveau 8 MILLE heures de vol.
J'ai perdu toute notion du temps, à un moment, les stuarts et les hôtesses ferment tous les hublots et éteignent les lumières alors que nous sommes en plein jour. Après les gens se réveillent, il fait nuit, et après ils nous servent un dîner, au lieu d'un petit déjeuner. (et bien sûr c'est toujours aussi dégoutant, le poulet à goût de poudre, la purée semble avoir été mélangée à du latex, le fromage adhère beaucoup trop au plastique pour être crédible et le pain à une suspecte odeur de renfermé et de pot pourri).


Mon voisin de devant à tellement baissé son siège que je peux attentivement contempler ses pellicules incrustées dans ses racines de cheveux. La moindre partie de mon corps qui dépasse des accoudoirs côté couloir se fait faucher par les genoux des hôtesses trottant dans les allées, aussi je n'ose plus bouger. Mon voisin s'endort en ronflant, la tête penchant dangereusement sur mon épaule, un léger filer de bave au coin des lèvres. Et les heures passent désespérément lentement...

On finit enfin par arriver, et après avoir passé une demi douzaine MILLE de douanes, je retrouve le vieux monsieur qui m'emmène jusqu'à Lilydale, la banlieue de Melbourne où je réside...

4 comments:

Siam said...

Eh bien ce n'est que le début d'un chouette voyage, je te souhaite d'en profiter un maximum. Je suivrai trèèèès attentivement tes aventures et mésaventures !
T'aime fort !

snowqueeninthecity said...

J'espère que tu as trinqué au champagne avec Sammy ! :p
That's what planes are all about : the free booze! lol
plein de bisous éclates toi à fond les ballons!!

Rob'n said...

Veinarde ! Que d'aventures !
Vivement les prochaines !
J'ai hâte !

Ugo said...

Ben écoute, je dirais à peu près la même chose que Siamoize. Profite bien, si tu as un souci envoie moi un Bat'signal et je viendrai.
Je t'embrasse.